le bénévolat , l’encadrement ….complainte de la 5ème roue de la charette !

Le bénévolat, l’encadrement …..ou comment être la 5ème roue de la charrette

A l’heure de Paris 2024 les orientations actuelles prises à destination du sport tendent vers une seule direction financer l’élite.

Le sport amateur reste le parent pauvre de la pratique sportive. François Ruffin l’a encore démontré récemment à l’assemblée nationale (désespérément vide).

En prenant pour exemple les bénévoles d’un petit club et le « miracle des maillots pliés ». En saluant l’engagement et le dévouement de toutes ces petites mains qui œuvrent bénévolement sur le terrain , en enchaînant et en conciliant bien souvent vie professionnelle , vie associative et vie de famille.  Parfois même en mettant de leur poche un peu de carburant et en utilisant leur véhicule perso pour emmener des gamins sur les déplacements régionaux parce que la structure ou le club ne peut rien mettre en place « faute de moyens ».

 

Ces éducateurs non seulement transmettent leur savoir et leur passion pour un sport, mais véhiculent également un message éducatif auprès des jeunes publics.

Depuis 25 ans que je pratique l’athlétisme j’ai non seulement découvert un sport qui me passionne mais également des valeurs, l’abnégation, la cohésion, le rapport à l’autre, le partage, bref toutes ces valeurs qui font le rapport humain grâce à mon entraîneur Patrick Martin. Autre exemple Mohamed un boxeur de mon quartier qui a mis en place un pôle depuis 1996 pour amener les jeunes s’en sortir par le sport le résultat aujourd’hui est probant, ça marche !

L’élite représente 3% du sport en France

Aujourd’hui quel constat ? Le comité départemental dont notre club dépend a reçu une jolie missive qui disait entre le lignes qu’il fallait prioriser l’élite, donc par conséquences que les subventions à destination de la base allaient elles se réduire comme peau de chagrin.

Sauf que à bien y réfléchir l’élite ne représente que la partie émergée de l’iceberg!

Que tous ces Mohamed, Patrick, Bernard, Léon, tous ces bénévoles qui se lèvent aux aurores le week-end pour aller emmener les minots courir, ou jouer au foot, monter une tente ou encore faire les chocolats chauds ils ont besoin de soutien de la part des instances !

Notre ministre actuelle Laura Flessel vient du milieu sportif certes mais elle vient également du haut niveau. A-t-elle oublié ses premières heures d’escrime ?

La 5ème roue

Bernard Brun qui traîne ses guêtres depuis 45 ans autour des pistes qu’elles soient en cendrée ou en tartan et avec qui l’on échange des points de vue régulièrement sur ce sujet (et sur d’autres !) parle souvent de la 5ème roue de la charrette pour les éducateurs.

Ils sont souvent oubliés une fois que leurs athlètes brillent (dernier exemple en date Pierre Ambroise Bosse champion du monde du 800m et pas un mot sur le travail accompli par Bruno Gager son premier entraîneur).

Ils ne sont pas mis en valeurs alors qu’ils détectent, forment, accompagnent des générations entières de pratiquants dont certains deviendront le haut niveau futur.

On pourrait également parler des installations souvent pas entretenues ou pas disponibles (j’ai vu des stades municipaux cadenassés et fermés parce que réservés au club d’athlétisme de la ville, alors que tout bon contribuable devrait y avoir accès).

Aujourd’hui le bénévolat des structures associatives a du plomb dans l’aile. Alors qu’il peut être un formidable vecteur de réussite soit pour l’éducateur qui voit les progrès réalisés et le chemin parcouru, soit pour le pratiquant qui y voit lui une réussite pour le moins sportive et un accomplissement personnel. (par exemple en cas d’échec scolaire, le sport valorise « on se sent bon a quelque chose »).

Quelle est la volonté des pouvoirs publics en se désengageant massivement du soutien associatif « de masse » ? (Baisse des subventions, CNDS, manque de moyens matériels, etc. etc.….voir l’article ) au profit du haut niveau …garder une jolie vitrine ?

Pour conclure certes ma vision de la chose et du sport en général peut paraître simpliste.

Mais après tout n’est-ce pas l’essence même du sport d’être simple et populaire ?

Tof

 

On n’a jamais construit une maison en commençant par le toit.

Pour ceux qui n’ont pas vu l’intervention de François Ruffin …