Le sport toujours populaire ?

Paris 2024

Ah!  on peut dire que l’on en a entendu parler de l’accueil des JO, de l’importance d’avoir ces jeux pour les valeurs qu’ils représentent, de l’attrait économique des sponsors ainsi que de l’impact bénéfique d’avoir des structures décentes et adaptées pour un événement de cette ampleur.

Pour tout dire moi le fou dingue d’athlétisme, le timbré de sports  je n’étais pas spécialement favorable à ces jeux à Paris. Trop d’exemples ou les jeux ne sont pas pérennisés après coup (ou les installations ne sont plus entretenues, ou insuffisamment utilisées).

Londres, Pékin, Rio Sotchi, ou Albertville en sont autant d’exemples, une belle vitrine mais la suite est le plus souvent vide de sens ….

Des restrictions sans précédent

Mais là pour ce qui s’annoncait comme une fête du sport en France (un siècle depuis les derniers JO d’été nous aurons été patients !) Nous apprenons de tout côté que la fête ne sera sans doute pas si belle que prévu.

En effet au lieu d’inclure un budget de fonctionnement qui permettra aux différentes fédérations et clubs de former et de détecter les pépites de demain, nous apprenons que le budget de fonctionnement du ministère des sports sera en baisse de 30% en 2019,

 Le CNDS (Centre National du Développement du Sport) va être supprimé (sans doute en 2019).

Nous apprenons la suppression de 1600 CTS (Conseiller Techniques Sportifs) même si la nouvelle ministre des sports Roxanna Maracineanu a tenu à éteindre l’incendie.   

Le CNOSF ainsi que les CDOS ont prévus de recentrer leurs investissements vers la pratique non seulement de l’élite, mais qui plus est à destination des sports olympiques.  

Nous apprenons qu’en Bretagne une cagnotte est lancée pour pouvoir se doter de cage de lancer

https://www.lequipe.fr/Athletisme/Actualites/Alexandra-tavernier-lance-une-cagnotte-en-ligne/943856  

Une St Barthélemy du sport

Que fera-t-on si demain le triathlon, le judo ou l’aviron ne sont plus reconnus comme sports olympiques ? Deviendront-ils marginaux ?

Dans tout cela quid du sport amateur et populaire ? Les fédérations affinitaires (FSGT, UFOLEP,….) sont encore une fois les laissés pour compte de cette Saint Barthélemy du sport. Alors que les clubs de ces fédérations sont pourvoyeurs de talents. Ils font la promotion d’une pratique auprès du plus grand nombre afin de réduire les inégalités d’accès aux sports (en Zone urbaine ou encore en milieu rural, sur les pratiques partagées, ou auprès des publics féminins).

Ces fédérations qui proposent une pratique sportive avec des coûts d’accès raisonnables qui permettent de lever le frein financier pour beaucoup d’entre nous, ces fédérations qui sont complémentaires des fédérations délégataires vers qui elles peuvent réorienter les athlètes en devenir les potentiels champions de demain. Et bien ces fédérations vont devoir trouver les ressources pour continuer d’œuvrer, qui sera le contributeur ? Le licencié bien sûr !

Toujours plus haut ,toujours plus cher

Le paradoxe est que dans les fédérations délégataires le prix des licences continuent d’augmenter

Une adhésion club avec une  licence compétition FFA par exemple oscille entre 150 et 200€ en Ile de France. La moitié est reversée à la fédération, idem en FFTRI

On nous explique que c’est pour financer le haut niveau. A combien va se monter le coût d’une cotisation annuelle si l’on rabote encore le budget de fonctionnement du ministère ?

A titre d’exemple n’oublions pas qu’en athlétisme, le sport de haut niveau représente 3% des pratiquants . Il ne peut à lui seul être représentatif d’une pratique.

Comment compte t’on représenter la France olympique de 2024 ?  Certains seront les portes drapeaux de cette génération qui arrive. Pour d’autres pourront accéder à une pratique sportive qui leur permettra de s’épanouir et trouver un équilibre.

Preuve de la gravité de la situation les pétitions lancées par des sportifs de haut niveau, par les fédérations, la grogne est généralisée à toutes les branches du sport parce que pour beaucoup la coupe est pleine !

Pour signer la pétition, vous pouvez vous rendre ici : http://lesportcompte.franceolympique.com/cnosf/lesportcompte/

Pour finir le clip lancé par la FSGT pour rappeler les valeurs d’un sport populaire !

Tof