Réaliste ou vieux c..?

Ce matin en naviguant sur internet je constate tristement que la course devient de plus en plus mercantile, nombre d’organisation se montent via des société d’événementiel qui pourraient tout aussi bien organiser des 24h de tricots si le tricot était tendance .

 

Quelques exemples :

 

le Marathon de Paris  et ses 57000 dossards en 2016 à un prix moyen de 90€  par dossard , le tout via un clic frénétique sur internet et comme  plus on s’inscrit tôt (en nombre de dossard j’entends !)  moins on paye cher ! ainsi si vous êtes dans les 16000 premiers inscrits vous paierez moins cher qu’en étant le 45000ème dossard, s’en suit une course au clic afin d’obtenir le précieux sésame ! Sur l’édition 2016 plus de 14000 coureurs n’ont pas pris le départ quid de ces dossards ? Une bourse des invendus? , une remise en vente à prix réduit ?que nenni . Pour l’édition 2017 il y avait déjà 21000 pré-inscriptions à la mi-mai….

 

Autre exemple le Semi de Disney couru début septembre avec un départ à 7h (pour ne pas gêner les horaires d’ouvertures du parc) Course concept ayant pour but de faire courir les gens dans l’enceinte des parcs Disney pour un prix modique de 75€  , ajoutez à ça un package hotel histoire de compléter tout ça …..eh ben mon bon monsieur 8500 inscrits !!!! Petit souci les classements effectués par une société belge sont inaccessibles , à moins qu’a ce tarif on reçoive notre classement par SMS.

 

En trail même topo entre les tarifs exorbitants de certains trails, les courses « qualificatives » avec distribution de points pour « valider » la participation des concurrents. Allez je vous prends deux exemples

 

L’UTMB « LA course » , il est évident que lâcher 2000 coureurs sur 168 kms suppose que ces derniers aient faits leur preuves auparavant . Il à donc été mis en place des courses permettant d’obtenir des points qui valideraient une expérience sur la distance et le dénivelé d’une telle course .Jusque là rien d’extravagant me direz vous , en revanche ce qui pose souci c’est le mode de sélection des courses qualificatives, qui doivent faire valider parcours et dénivelé par l’ITRA (International Trail Running Association) (moyennant rétribution) afin de valider le parcours . Le souci en question est que le président de l’ITRA n’est autre que l’organisateur de l’UTMB…..conflit d’interêt ? On retrouve ainsi des courses qualificatives avec peu de dénivelé comme l’Ultra du Morbihan 177 kms et 2000m de dénivelé positif, ou encore le Trail Yonne 110kms pour environ 2500m de dénivelé. Pour rappel l’UTMB c’est le tour du Mont Blanc et 10000m de dénivelé avec un climat de montagne …. mais puisque l’ITRA a validé ….Une coureuse avec qui je discutais lors de l’organisation de notre trail mi-mai me confiait

: »j’ai couru le Trail Yonne , j’aime pas spécialement cette course mais y’a les points pour l’UTMB alors du coup… »

 

La diagonale des fous cette année à fait grincer des dents également , un package était proposé avec vol+ hôtel+ dossard la priorité était accordée à ceux qui prenaient les packages , si vous avez une maison sur place, de la famille ou un hôtel préféré, c’est mal parti ….bref  quand y’a moyen de faire un petit billet ……

 

Et au milieu de tout ça il y à des courses sans label sans qualification , des marathons champêtres ou on peut profiter et de l’ambiance et taquiner le chrono, des organisations faites par une poignée de passionnés qui se retroussent les manches pour faire avancer leurs « courses à jambon » ou l’on gagne son poids en miel ou en fromage .Il y’a des petits gars en bottes dans la boue pour monter le dimanche des cross aux pelotons faméliques au prétexte « qu’il fait froid et qu’il y a de la boue » et puis c’est dur le cross , par contre la spartappadingue ou la warrior color mud bidule à 75€ le dossard organisé par des marques qui ont bien perçues le filon , là ça se bouscule au portillon ! Au programme de la boue du froid et des obstacles ! Tiens comme en cross, oui mais là c’est tendance ! Où alors on reprend le nom d’un cross illustre comme le FIGARO , on le place au mois de septembre dans un cadre pas trop difficile (pas de froid , pas de boue ) on demande la modique somme de 28€ pour 8 kilomètres et là on à un maximum de monde….Les temps changent .

 

La conclusion de tout ça ? Il n’est pas question de dire de courir telle ou telle course , mais surtout de garder à l’esprit que parfois on peut être pris pour des vaches à lait aux portefeuilles bien garnis.Pour ma part , les petites organisations bien  souvent avec peu de moyens arrivent à faire bien voire mieux en terme de convivialité, d’accueil, ou d’originalité . Mais il en faut pour tout les goûts.

 

CL